Notre sélection

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

Ailleurs

Sitaudis.fr : Revue off

Albane Prouvost, renard poirier (2) par Tristan Hordé 23/05/2022

L’Humidité, une rétrospective par François Huglo 18/05/2022

Andrea Zanzotto, Vers, dans le paysage, [ Corot ] par René Noël 18/05/2022

du9 : L'autre bande dessinée

Moteur 23/05/2022

Féminisation 20/05/2022

Création 13/05/2022

Coups de cœur

« Les Petits » de Christine Angot

« Les Petits » de Christine Angot

Blessures secrètes et gardes à vue.

 Au sens propre, le dernier roman de Christine Angot, Les Petits, défraye la chronique. Pied de nez à tous ceux qui ne voient dans l'art de la romancière qu'élucubrations narcissiques et vaines. Autofictionnel, ce récit l'est pourtant en diable au sens où l'auteur fabrique sa propre aventure qu'elle nous renvoie, de manière implacable, comme le miroir déformant du délitement social, affectif, familial qui est aujourd'hui le nôtre.

Avant d'entrer en scène, dans le dernier tiers du roman, la narratrice relate, à coups de sabre aiguisés, comme autant d'entailles fracturant des êtres de chair qui ne savent plus où siègent leurs sentiments et leurs affections, la tension conflictuelle qui, sans crier gare, éloigne deux êtres, l'un de l'autre. Lui, musicien martiniquais, l'âme en peine mais heureux d'être en vie, marqué par la couleur de sa peau et son appartenance à un groupe ethnico-social auquel il n'avait jamais songé appartenir. Exclu des regards et marginalisé par la toute-puissance dominatrice d'une femme avec laquelle, il s'était mis, sans trop y réfléchir, en ménage et avec laquelle il avait eu quatre enfants. Ils mènent une vie qui aurait pu être celle d'une famille, n'était le ravage causé de part et d'autre par des blessures narcissiques, des préjugés enfouis qui la voit, elle, regretter de ne pas avoir été séduite, plutôt, par un étalon. Quelle est la mesure de nos affections et de nos désirs ? L'écriture acérée d'Angot, qui passe au scalpel, dans un rythme lancinant, à un tempo allegro destructeur, l'irréversible déchirement de ce couple, apporte une réponse qui évacue toute dimension psychologique.

L'union impossible de deux êtres devient alors l'image inversée d'une société ayant sacrifié le groupe  - couple ou famille – au profit d'un culte exclusif du moi qui n'a paradoxalement de cesse d'être refoulé. Lui se retrouve, à plusieurs reprises, en garde à vue, côtoyant ses alter ego dont la marginalisation constitue un déni de tout sentiment de culpabilité à l'encontre de ces immigrés, sous-employés, de ces autres qu'un culte lui aussi narcissique d'une patrie à l'identité faussement immuable ne fait que protéger de nos vues.

Le procès de narcissisme dont Christine Angot reste encore victime repose sur une dénégation toute aussi grave et exaspérante. Celui d'atteinte à la vie privée traduit un climat délétère de terreur morale qui, en son temps, fit condamner Baudelaire dont les amantes vampirisées doivent encore se retourner dans leur tombe ! Qui ne voit pas la dimension éminemment politique des ces récits brûlants qui martèlent la déterritorialisation dramatique des relations amoureuses, la reconfiguration impossible d'un espace où les différences entre hommes et femmes, noirs et blancs, première deuxième troisième générations, se résorberaient dans la promesse amoureuse d'un échange ininterrompu, celui-là ne connaît pas son siècle. J'ai mal à mon pays, j'ai mal à mon cœur, qui saignent, nous murmure Angot, de mille plaies. Romantisme ? si vous voulez, si l'on y voit l'expression sans compromis aucun d'une révolte libératrice contre l'état social !

Olivier Rachet


Les Petits
, Christine Angot
Flammarion, 2011

« Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants » de Mathias Enard (Prix Goncourt des lycéens 2010)

« Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants » de Mathias Enard (Prix Goncourt des lycéens 2010)

De la beauté au monde

En mai 1506, alors qu’il est aux prises, à Rome, avec le pape Jules II réticent à honorer la commande passée à Michelange de construire son tombeau, le célèbre sculpteur florentin répond à l’invitation du sultan de Constantinople, Bayazid, de venir édifier un pont reliant la ville à l’un de ses faubourgs, traversant la Corne d’Or. Michelange connaît la soif de puissance et le machiavélisme des princes, aussi se met-il avec empressement au travail.

Un jeune poète de Pristina, Mezihi, est à son service et cherchera à guider les plaisirs de son maître dont la stature lui en impose. Le sculpteur déjà renommé à Florence pour l’érection de son David tombera, lui, sous le charme d’une danseuse à l’identité trouble dont le narrateur rapporte, sous forme de langoureuses litanies disséminant le récit, le chant d’amour et d’exil.

Constantinople est, à la Renaissance, le joyau d’une civilisation ayant irradié les jardins d’Andalousie, fille voluptueuse de l’Eglise dont Michelange se souviendra lorsqu’il bâtira la coupole de Saint-Pierre de Rome, réminiscence émerveillée de la basilique Sainte-Sophie, et de l’empire ottoman. Au carrefour des civilisations, la future ville d’Istambul, capitale éternelle des cultures européennes, rivale merveilleuse de Venise, son unique parangon sur le continent, fourmille d’intrigues de cour, de rivalités mimétiques qui laissent pourtant Michelange stoïque.

Dans un récit foisonnant de toutes les beautés que les hommes sont susceptibles d’apporter au monde, Mathias Enard nous livre un hymne en hommage au tempérament artiste qui réside en chacun de nous et relie les identités multiples, aussi bien ethniques, religieuses que nationales, qui composent une mosaïque européenne aujourd’hui en mal d’esthétique et de sensualité. Les ponts du génie cosmopolite restent encore à construire.

Olivier rachet

« Le Siècle des nuages » de Philippe Forest

« Le Siècle des nuages » de Philippe Forest

L’incertitude du présent.

C’est à la figure de son père, né à Mâcon, en 1921, que Philippe Forest s’attache dans son dernier roman et à la traversée qui fut sienne d’un siècle plein de bruits et de fureur. Rêvant de devenir pilote de ligne, à une époque où l’aviation relevait encore de la mythologie des héros qui avaient pour nom Lindbergh, Blériot ou Mermoz, celui-ci dut surseoir à ses projets alors qu’éclatait la seconde guerre mondiale. C’est alors un véritable voyage au bout de la nuit et loin des nuages qui voit le père du narrateur, fils de confiseur, accompagner sa future belle famille sur les routes de l’exode, aux alentours du 18 juin 1940 ; puis, traverser la Méditerranée pour rejoindre l’Algérie coloniale d’où il poursuivra des études agronomiques entreprises à Grenoble et assistera, en novembre 1942, au débarquement des forces anglo-américaines ainsi qu’à la spectaculaire volte-face de l’amiral Darlan, réussissant l’exploit de rester fidèle à la Révolution nationale initiée par Pétain, tout en soutenant l’engagement des forces d’Afrique du Nord dans le camp des alliés. Par la suite, il sera sélectionné pour intégrer l’Army Air Force et se rendra, traversant l’Atlantique sur un paquebot exposé en permanence au risque d’être anéanti par les forces ennemies, en Amérique du Nord d’où il apprendra à piloter mais où il découvrira aussi le désastre de la ségrégation raciale qui n’était pas l’apanage de la politique nazie.

Récit épique d’une jeunesse ayant réussi à passer à travers les mailles du filet de la guerre et réalisé un rêve d’adolescent ; ayant pu profiter, au lendemain de l’armistice, de la restructuration et de l’essor inouï de l’aéronautique française. Le Siècle des nuages se veut aussi le témoignage de la complexité même des parcours d’individus traversant l’écheveau d’une Histoire aux antipodes de la conception nihiliste que nous nous en faisons aujourd’hui, selon laquelle nous jugeons, dans le confort de notre impensable présent, les atermoiements et les errements de ceux qui, subissant la violence invincible du Temps, ne pouvaient bien souvent que choisir de suspendre leur jugement. Le roman de Forest, dans son classicisme même, se veut in fine contemporain d’un temps, à l’opposé du nôtre tragiquement spectral, où les familles se pressaient en masse le dimanche à Orly pour assister au spectacle bien réel des atterrissages et décollages qui avaient enchanté l’imaginaire vierge de Jean Forest, images de croyances et d’utopies, à ce jour, éteintes ; l’aviation, ayant été, au siècle des nuages, à la fois le merveilleux accomplissement de l’idéologie du Progrès et le point d’ancrage d’une entreprise de dévastation par l’homme de la nature et des individualités qui la composent.

Olivier Rachet

Philippe Forest, Le Siècle des nuages, Editions Gallimard 2010.

« Jan Karski » de Yannick Haenel

« Jan Karski » de Yannick Haenel

Il est bon de persister au cœur de la nuit, parce que c’est elle qui protège la lumière.

Jan Karski est un roman éblouissant, sous forme de triptyque. Le premier tableau rapporte les paroles du héros éponyme, agent de liaison entre la Résistance polonaise et le gouvernement polonais en exil, enregistrées par Claude Lanzmann pour son film Shoah. Le narrateur, de son côté, enregistre les choix opérés par le réalisateur, décidant de filmer la statue de la Liberté lorsque Jan Karski récite, entre deux silences, le message qu’il devait transmettre aux alliés et au Président Roosevelt concernant le plan d’extermination par les nazis des juifs d’Europe. Karski sera entendu mais nullement écouté. Des années durant, il gardera en lui, intact, ce message transmis par deux hommes qui l’avaient introduit en plein cœur du ghetto de Varsovie.

Nul n’est prophète en son pays, la Pologne, surtout lorsque celui-ci est situé nulle part, comme Alfred Jarry s’était amusé à le considérer, pris en étau d’un côté par les nazis, de l’autre par les staliniens dont le narrateur nous rappelle la responsabilité dans les massacres de Katyn, où furent assassinés des milliers d’officiers polonais afin de réduire à néant toute tentative de résistance, fût-ce par la culture même. A défaut d’être prophète, Karski est un témoin oculaire du plus grand crime commis par et contre l’humanité. Le second volet du triptyque, qui constitue une synthèse enlevée de l’ouvrage de Karski lui-même Mon témoignage devant le monde, relate l’épopée haletante et tragique d’un homme tour à tour prisonnier des nazis, puis des russes ; la clandestinité d’un parcours au service de la Résistance polonaise qui le conduisit donc au cœur du ghetto de Varsovie et du camp de concentration de Belzec où il fut l’un des rares témoins de cette horreur sans nom, de cet acharnement bestial à nier l’humanité de tout un peuple.

C’est alors que Yannick Haenel accomplit un prodige littéraire en se plongeant dans la conscience de ce témoin martyr, n’ayant pas su être écouté. La volonté de ne pas comprendre des alliés étant à la mesure de la volonté de puissance exterminatrice des nazis. Le troisième volet du triptyque constitue, sous la forme d’un monologue intérieur époustouflant, un pamphlet contre la passivité molle des alliés, ayant décidé, pour des raisons militaires, de ne pas contrecarrer les projets criminels nazis et s’innocentant ensuite par l’organisation spectaculaire du procès de Nuremberg mais il constitue aussi un acte de foi paradoxal en la possibilité de perpétuer la parole, condition sine qua non de toute forme de salut. Ce n’est pas le moindre intérêt de ce roman saisissant et épuré que d’affirmer que la pensée du mal est la condition même de l’amour. C’est en tournant en cercle dans la nuit et en étant dévoré par le feu des idéologies ou la cendre de leur absence que s’ouvre à vous parfois l’éclair de ce qui vous maintiendra sauf. Cette lueur est le visage radieux de la littérature ou celui accueillant de l’aimée. Je vis ce néant qu’est l’horreur humaine et malgré tout, malgré ce rien, je vis.

Olivier Rachet

Jan Karski, Yannick Haenel
Gallimard – L’Infini, 2009

Page 7/18
7

EN VITRINE

"de Gaulle à la plage" sur ARTE

Couverture BD "de Gaulle à la plage"
de Gaulle à la plage de Jean-Yves Ferri, éd. Dargaud, déc. 2007
En 2007 un drôle d'album de bande dessinée toilé à tranche jaune annonçait en 4ème de couverture une alléchante enfilade de titres à paraître, tels : de Gaulle aux sports d’hiver, de gaulle passe à l’Olympia, de Gaulle en Chine, de Gaulle l’astronaute, Le naufrage de de Gaulle... Objet-canular s'essayant à tirer le portrait de l'inénarrable figure gaullienne qui disait que son seul concurrent en terme de popularité était Tintin d'Hergé. De série d'albums, point il n'y eut. En ce cinquantenaire de la mort du grand homme, la chaîne Arte propose une série de gags en trois minutes et hilarants issus de ça, à déguster...
 

Lettre d’infos

Régulièrement, nous vous informons des activités et des nouveautés de la librairie.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel

tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

PHOTOS

« On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans » ?Mazen Kerbaj invite Ute Wassermann +1Inauguration de la nouvelle ZADIG le 21 septembre 2019France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou« Où va Berlin ? » / Partie 2