Notre sélection

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

Ailleurs

Sitaudis.fr : Revue off

Le reste c’est la suite de Sarah Kéryna (2) par François Huglo 27/03/2021

Frédéric Dumond, erre, cosmographies par Johan Grzelczyk 27/03/2021

Sylvie Durbec, Carrés par Tristan Hordé 25/03/2021

du9.org : L’autre bandes dessinée

Lumière 13/05/2021

Magicien de la Terre 12/05/2021

Mo Baala 11/05/2021

Chaussez vos lunettes

André Breton à lunettesC'est le printemps qui vient et se propage plus vite qu'une pandémie.

Venez vous confronter à nos fictions de qualité, nos albums jeunesse innovants, nos essais critiques enjoués.

Retrouvez comme si vous étiez à la maison, des livres pour tous âges et toutes conditions : aventures pour veaux, vaches, cochons, poulets, et tous autres animaux que la lecture passionne.

Écoutez-donc le vent qui bruisse et chaussez vos lunettes. Il y a tellement de nouveaux mondes à découvrir !

Rentrées littéraires

Black Manoo

Black Manoo

Bandes dessinées

Tanz !

Tanz !

Jeunesse

Alma - Le vent se lève

Alma - Le vent se lève

Beaux-livres

Marguerite Yourcenar - Portrait intime

Marguerite Yourcenar - Portrait intime

Domaine allemand traduit

Traversée - Une histoire d'amour

Traversée - Une histoire d'amour

Promesses de printemps

City lights BookshopPhoto M. Rebaudengo

En ces jours de promesses de printemps, la librairie ZADIG se doit de rendre hommage à Lawrence Ferlinghetti (1919-2021), décédé il y a quelques jours à San Francisco et fondateur de la mythique librairie-maison d'édition CITY LIGHTS, dont il resta co-animateur et gérant jusqu'à ses 101 ans !

Lieu de contre-culture joyeuse et d'activisme livresque – qui fit paraître avec courage l'immense chef-d'œuvre Howl d'Allen Ginsberg en 1956 –, CITY LIGHTS est un lieu de référence dont les mots placardés aux fenêtres disaient l'essentiel à notre goût (photo) il y a quelques années, pour qui déambule devant un lieu dédié aux livres :

OPEN DOOR - OPEN BOOKS - OPEN MIND - OPEN HEART ...

Nous adressons de tout cœur toutes nos amitiés européennes et berlinoises, ainsi que nos pensées recueillies, aux équipes en action de notre cher et grand confrère californien !

Vitrine ZADIG hiver 2021En attendant, venez nous retrouver côté jardin. Regardez notre page d'accueil pour voir un peu ce qui foisonne, en nos murs et derrière nos vitrines. Dès que chantent les oiseaux, venez cueillir chez nous les roses de la vie. Boire au miroir de nos miroirs d'images et de mots. Vous fournir au hasard de quelques livres sélectionnés par nous, ou en commander d'autres, que nous n'aurions pas en réserve.

Même si l'époque est compliquée, qu'il y a le Tigrou ou la Karaba (pardon le Tigré ou le Karabagh) qui se réveillent, n'oublions pas d'avoir une pensée malicieuse et futile pour les enfants du monde qui aimeraient sortir des mots compassés des médias en ligne. Sur le mode des poésies qui parfois viennent de loin : frères et sœurs humaines et mains, citadines et daims qui ne redoutez pas plus que ça au final l'emprise du variant lambda d'une improbable prise de conscience planétaire.

Surtout n'oubliez  pas de réclamer des contes, ni de tout reconstruire en puisant dans les livres !

Photo : Nathalie Heyblom
 
 
étoile ZADIG
 

Dans la vie il y a des Cactus...

Photo Françoise Cactus - DRFrançoise Cactus (1964-2021) était une figure de la scène berlinoise, en même temps qu'une artiste emblématique de la scène musicale européenne. Typisch Berlinerin avec l'indécrottable accent d'une Französin, elle a cumulé les statuts d'hirondelle des faubourgs et d'artiste polymorphe. Choisi son nom de scène en hommage aux chansons de Dutronc et Lanzmann. Provoqué les esprits, décalé tous les genres, désarbitré les élégances. Pratiqué la peinture et le dessin. Milité l'air de rien contre la crapulerie des faux-semblants. Joué de la batterie devant des salles combles, aussi bien que devant trois pelés.

Dans la vie il y a des Cactus. Nous nous piquons de le savoir, et avons une pensée émue pour elle et tous ses proches...

Photo © Françoise Cactus

   

étoile Zadig

Peinture et série de SP38 La Saga se poursuit chez ZADIG
!!

Mais pourquoi donc attendre encore avant de lire La peste de Camus en format numérique ?

La liseuse Saga de chez Bookeen est en vente chez nous, et notre portail numérique vous donne accès à un grand nombre de titres de référence, téléchargeables à domicile avec paiement sécurisé, pour peu que vous ayiez installé Adobe Digital Edition 3.0 (gratuit), sur vos ordinateurs, tablettes ou bien portables. La vie n'est-elle pas simple ? Il n'y a pas besoin de liseuse d'ailleurs, si vous faites cette première expérience. La lecture peut se faire sur votre écran familier !
 
Pour lire votre eBook sur un PC ou une tablette :
 
Pour voir tourner en de bonnes mains la fameuse machine à lire :
 
 
Liseuse Saga de chez Zadig
 
 
 
étoile ZADIG
 
Couverture "Uiesch - Quelque part"
© Mémoire d'encrier, 14 €

 

UIESH / QUELQUE PART de Joséphine Bacon
(Recueil bilingue français / innu)

 
Extrait : Je n’ai pas la démarche féline
/ J’ai le dos des femmes ancêtres / Les jambes arquées / De celles qui ont portagé / De celles qui accouchent / En marchant (...)

Quelque part, une aînée avance. Elle porte en elle Nutshimit, Terre des ancêtres. Une mémoire vive qui nomadise, épiant la ville, ce lieu indéfini. Joséphine Bacon fixe l'horizon, conte les silences et l'immensité du territoire. Née en 1947, elle est amérindienne, innue de Betsiamites. Poète et réalisatrice, elle vit à Montréal et est l’auteure d’une œuvre poétique d’une grande puissance saluée dans le monde entier.

 

 
Couverture "Adieu Babylone"
© Albin Michel, 11,50 €
ADIEU, BABYLONE de Naïm Kattam
Préface de Michel Tournier

 
Bagdad ne fut pas toujours synonyme de dictature et de passions guerrières. Longtemps, au contraire, l'héritière de l'ancienne Babylone garda en son sein les traces d'une diversité culturelle unique en son genre, où les communautés cohabitaient pour le pire, parfois, mais aussi pour le meilleur. Naïm Kattan, l'un des intellectuels les plus brillants de la francophonie, est un témoin privilégié de ce passé ignoré par beaucoup. Son adolescence de juif arabe s'est déroulée au coeur des multiples contradictions d'une Bagdad alors soumise aux répercussions de la seconde guerre mondiale. Aussi épris de patriotisme irakien que ses compagnons musulmans, il dut se frayer un chemin d'homme dans un univers riche mais complexe, entre tradition et modernisme, entre son antique communauté juive et la culture arabe, entre le refus du colonialisme anglais et la fascination pour un occident aux séductions irrésistibles. Puis la création de l'état d'Israël rendit dramatique la situation déjà bien précaire des juifs irakiens, et le départ devint quasi inévitable. Ces mémoires pleins de vie et d'intelligence, publiés pour la première fois il y a trente ans au Québec, ont pris aujourd'hui une densité tout à fait singulière.
 
 
Couverture "Vagabond de la vie"
© Livre de Poche, 9,50 €
VAGABONDS DE LA VIE de Jim Tully
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Thierry Beauchamp

 
Jim Tully se frotta pendant plus de six ans à divers hobos ces saisonniers américains qui voyageaient clandestinement sur les trains de marchandises. Il monta dans des trains postaux et des convois commerciaux, bivouaqua dans les « jungles » des vagabonds, assimila leurs us et coutumes, vécut de petits boulots et de mendicité, eut affaire aux forces de police, et vit souvent passer la mort de près. Publié en 1924 aux États-Unis, Vagabonds de la vie compte parmi les classiques de la littérature consacrée aux hobos. Il rend compte avec précision des mœurs et de la philosophie de ces hommes de la route. Avec ce récit, Tully s'inscrit dans les pas de Mark Twain et de Jack London, et un précurseur de Kerouac. En 1924, Charlie Chaplin engagea Jim Tully comme conseiller spécial pendant la production et le tournage de son film La Ruée vers l'or, quelques mois avant la parution de Vagabonds de la vie dont le succès auprès de la critique comme du public fut immédiat.

  

étoile Zadig

LES LIVRES ESSENTIELS ?
 
 
  
Photo M.-H. Lafon - O. Roller
M.-H. Lafon © O. Roller
Histoire du fils de Marie-Hélène Lafon (Buchet/Chastel). PRIX RENAUDOT 2020
 
Dans une écriture limpide et fluide, Histoire du fils décrit le fils, André. Le père, c'est l'Absent. La mère, c'est Gabrielle. Mais André est élevé par Hélène, la soeur de Gabrielle, et son mari. Il grandit au milieu de ses cousines et chaque été, il retrouve sa mère biologique qui vient passer ses vacances en famille. De Saint-Céré dans le Lot en passant par Chanterelle et Aurillac jusqu'à Paris, Marie-Hélène Lafon nous transporte à nouveau au coeur d'une famille. Elle décrypte aussi bien ses bonheurs ordinaires que le poids du manque le plus profond, celui qui creuse des galeries dans les vies, sous les silences. André n'a de cesse de mendier le père, de cerner les contours de son absence, d'attendre, de guetter, de laisser le temps s'étirer, de se cogner à l'urgence, de composer un portrait en indices et de comprendre en creux qui il a été : un avare du cœur, plein de lui-même, pétri de morgue, étroit, mesquin, beau et aimé par les femmes. Avec ce nouveau texte, l'auteure confirme la place si particulière qu'elle occupe aujourd'hui dans le paysage de la littérature française.
 
Marie-Hélène Lafon est née en 1962 à Aurillac. Agrégée de grammaire et professeur de lettres classiques dans l'enseignement secondaire, elle a publié plusieurs romans : Sur la photo, en 2003 ; Mo, (2005) ; Organes, (2006) ; La maison Santoire (2007) ; Les derniers Indiens, (2008) ; L'Annonce, (2009). Elle a reçu le prix Renaudot des lycéens en 2001 pour son premier roman Le soir du chien. Elle reçoit le prix du style en 2012 pour Les pays et le prix Renaudot 2020 pour Histoire du fils.
  
 
PHOTO
G. Wittkop © DR
Hemlock de Gabrielle Wittkop, Quidam éditions, 10/2020.

C'est une "fresque grandiose au charme vénéneux", nous dit son éditeur. Hemlock évoque les destinées tragiques d'une Italienne de la post-Renaissance - Beatrice Cenci -, d'une Française du Grand Siècle - la marquise de Brinvilliers - et d'une Anglaise de l'époque edwardienne en Inde - Mrs Fulham -, entraînées dans le vortex du crime par l'enchaînement des circonstances, leur faiblesse et leur passion. Au-delà des contingences chronologiques, des visions récurrentes, des lieux, des objets, des leitmotive les relient entre elles. Comme aussi à Hemlock, une femme de notre temps, étrangère à leurs crimes mais déchirée entre les espérances et les craintes d'une situation extrême dont la présence, véritable fil d'Ariane, domine tout le livre. Dans ce texte tumultueux rigoureusement articulé autour des angoisses de Hemlock, rien n'est aléatoire et l'apparent arbitraire obéit à des lois aussi inéluctables qu'insolites. Quant aux trois meurtrières, le cheminement de leurs histoires illustre les mots de Shakespeare, que l'auteur place en exergue de son ouvrage : "Seigneur ! Nous savons ce que nous sommes, mais ne savons pas ce que nous pouvons être". 
 
Gabrielle Wittkop est née le 27 mai 1920 à Nantes et décédée le 22 décembre 2002 à Francfort. Elle a rencontré dans le Paris occupé un déserteur allemand homosexuel du nom de Justus Wittkop, âgé de vingt ans de plus qu'elle. Ils se marieront à la fin de la guerre, union qu'elle qualifiera d' "alliance intellectuelle". Son mari se suicidera en 1986, alors qu'il était atteint de la maladie de Parkinson. Gabrielle Wittkop affirmera : "Je l'y ai encouragé. J'ai raconté ça dans Hemlock".
 
étoile Zadig

Virus de la lecture

Hubert Lucot à l'escalierPour comprendre à posteriori notre monde chamboulé, il faut relire les aventures policières, sexuelles, boursières et technologiques de Luc Bouc, héros d'Hubert Lucot (photo - DR) dans son roman Les Voleurs d'orgasme. La multinationale qui y est décrite (la Multinana) commande des enquêtes révolutionnaires par leur objet comme par les moyens qu’elles mettent en œuvre. Le héros rencontre une jeune femme : coup de foudre. Elle disparaît. Il va la rechercher au Maghreb, à Hongkong, au Japon, en Australie, à Rome, au Portugal, au gré de missions au cours desquelles il multiplie les prouesses. Il en profite pour percer les motivations de ceux au service desquels il risque chaque jour sa vie et son intégrité morale, il en profite pour comprendre un peu mieux le trafic planétaire des personnes, des biens, des embryons, des idées, des logiciels et des molécules. Roman d’amour et d’aventures, Les Voleurs d’orgasme est aussi le livre de la mondialisation dont les prémices s'annonçaient dans les livres d'auteurs visionnaires comme Hubert Lucot ou Jean-Charles Massera il y a vingt ans et quelques.

Les Voleurs d'orgasme, éditions P.O.L 1998 : 19,- €. (Hubert Lucot est l'auteur du roman-affiche de 12 m² Le grand graphe, de chez Tristram éditeur, dont nous avons aussi un exemplaire en rayon).
 
 
Couverture livre Super Monsieur FruitMonsieur Fruit est un journaliste obèse qui revêt son costume de super héros afin de faire régner la paix à New York-sur-Loire. Clarque Quinte est journaliste au Daily Planète. Son problème c'est son obésité ! En effet le bonhomme préfère courir de boulangerie en pâtisserie plutôt que de prendre son bus et aller au boulot. Du coup les reportages lui filent sous le nez, il a son patron sur le dos et il doit absolument rattraper le coup. Au détour d'un étalage de fruit, alors qu'il envisage sérieusement de se mettre au régime, il rencontre un mystérieux homme à lunette qui lui propose de devenir le nouveau super héros « Monsieur fruit » et ainsi de pouvoir aller combattre l'infâme Jean-François, qui veut devenir le maître du monde et des fruits en particulier.

Bande dessinée de Nicolas de Crécy parue chez Futuropolis en 2015, reprise d'un classique de super-héros européen des années 1990. 32,- €
 
 
Couverture livre L'An 01 de GébéL'An 01 est une bande dessinée de Gébé, un film de Jacques Doillon, un mouvement, une utopie... En 1970, Gébé publie ses premières planches, et dans Charlie Hebdo l'aventure commence. Le premier livre qui les recueille paraît un an plus tard. Ensuite, c'est un film, que Jacques Doillon réalise, avec la participation d'Alain Resnais, de Jean Rouch, et de nombreux acteurs et amis : Coluche, Miou-Miou, Gotlib, Stan Lee. L'An 01, c'est l'envie d'en finir pour de bon, mais sans violence, avec une société morne et matérialiste, vendue comme un horizon indépassable. "On arrête tout", là, maintenant, et on imagine, au fur et à mesure, le monde à venir. Le tout avec poésie et humour, avec une liberté et une joie qui ne manquent pas de rafraîchir nos cerveaux engourdis. Pendant toute la durée de réalisation du film, Gébé dessine, dans ses planches, le film en train de se faire, prolonge le travail, répond au lecteur, rend compte de l'enthousiasme général. Le film, c'est l'Utopie en train de se faire, L'An 01 qui commence. La bande dessinée, elle, c'est le carnet, la mémoire de cette révolution en marche. Le monde entier participe au film. Le scénario paraît en feuilleton dans Charlie Hebdo. Pour la première fois, les planches de Gébé et le film de Jacques Doillon sont disponibles de conserve. Écologie, amour, refus des rapports marchands, réinvention de soi et de la société : et si L'An 01 commençait pour de bon ?

Livre + DVD du film de Doillon paru à L'Association en 2014. 34,- €

 
étoile Zadig

 

LES LIVRES NÉCESSAIRES ?


 

PHOTO
Livre de Poche, 9,- €
Il existe sur les marchés d'orient des "fèves" mystérieuses auxquelles d'antiques superstitions prêtent le pouvoir de favoriser la naissance d'enfants mâles. Un peu partout, en effet, les naissances féminines vont se raréfier ; les "fèves" en seraient-elles la cause ? a travers une enquête à rebondissements qui les entraîne jusqu'à l'équateur, un savant français, spécialiste des scarabées, et sa compagne cherchent une explication. ce roman d'amin maalouf se prête à plus d'une lecture. roman de l'amour "maternel" d'un père envers sa fille, roman d'un homme attaché à "la féminité du monde", roman du partage de notre planète entre un sud qui dépérit et un nord qui s'exaspère, roman de l'effrayante rencontre entre les perversions de l'archaïsme et celles de la modernité... mais peut-être est-ce avant tout un conte philosophique, celui de notre fin de siècle déconcertante, et aussi, un regard inquiet vers le vingt et unième, si présent déjà, et que l'auteur appelle, énigmatiquement, "le premier siècle après béatrice".

 

PHOTO
Livre de Poche, 9,50 €
Robert Badinter retrace le destin de sa grand-mère, Idiss, qui fuit l’empire tsariste pour se réfugier à Paris en 1912. Elle y vit les plus belles années de sa vie avant d’être rattrapée par les affres de la guerre et le nazisme.

« J'ai écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss. Il ne prétend être ni une biographie, ni une étude de la condition des immigrés juifs de l'Empire russe venus à Paris avant 1914. Il est simplement le récit d'une destinée singulière à laquelle j'ai souvent rêvé. Puisse-t-il être aussi, au-delà du temps écoulé, un témoignage d'amour de son petit-fils. » Robert Badinter

 

PHOTO
Points-Essai, 11,50 €
Le premier livre d'Hannah Arendt, The Origins of Totalitarianism, publié en 1951, demeure encore aujourd'hui essentiel. Philosophe de la politique, Arendt se propose de montrer, à l'aide d'un matériel empirique rigoureux, de quelle manière le totalitarisme a pu naître dans le monde occidental. Étrangement, ce livre qui forme un tout n'avait pas été traduit dans son intégralité : seule la première partie (L'antisémitisme) et la troisième (Le totalitarisme) étaient jusqu'ici accessibles au public français. À une époque où le thème du totalitarisme semble plus que jamais devoir s'imposer dans le débat politique, il est pourtant indispensable de lire Arendt jusqu'au bout. Dans cette deuxième partie L'impérialisme, Arendt rend compte de l'expansion de l'État-nation à la fin du 19e siècle. Dès cette époque, les impérialistes français, britannique ou allemand justifient au nom d'une théorie raciste dépourvue de toute nuance l'occupation de vastes territoires africains et, déjà, l'usage impitoyable de la terreur. Après la Première Guerre mondiale d'autres bouleversements politiques surgirent qui portèrent en Occident même un coup sévère aux droits de l'homme, nombre de citoyens perdant les droits dont ils bénéficiaient.

 

étoile Zadig

 
Couverture Changeons de voie - Edgar Morin
© Denoël, 16,50 €

CHANGEONS DE VOIE - Edgar Morin
Avec la collaboration de Sabah Abouessalam


À défaut de donner un sens à la pandémie, sachons en tirer les leçons pour l’avenir.

Un minuscule virus dans une très lointaine ville de Chine a déclenché le bouleversement du monde. L’électrochoc sera-t-il suffisant pour faire enfin prendre conscience à tous les humains d’une communauté de destin ? Pour ralentir notre course effrénée au développement technique et économique ?
 
Nous voici entrés dans l’ère des grandes incertitudes. L’avenir imprévisible est en gestation aujourd’hui. Faisons en sorte que ce soit pour une régénération de la politique, pour une protection de la planète et pour une humanisation de la société : il est temps de changer de Voie.
 
 
 
Une trop bruyante solitude  - B. Hrabal
© Pavillons, 9,- €
UNE TROP BRUYANTE SOLITUDE - Bohumil Hrabal
Traduit du tchèque par Anne-Marie Ducreux-Palenicek

 
Hanta, ouvrier depuis trente-cinq ans dans une usine de papiers destinés au recyclage, boit de la bière, déambule dans les rues de Prague, lit et ressasse la mission dont il s'est lui-même investi : sauver la culture en arrachant à la mort des trésors injustement condamnés. Instruit presque malgré lui par la lecture des ouvrages interdits destinés au pilon, il va faire renaître ces chefs-d'oeuvre sous la forme d'une autre oeuvre : les pages broyées sont transformées en balles de papier décoratives et décorées. Bientôt, il se retrouve seul, entouré de ses créations. Divers incidents et personnages tragi-comiques viennent émailler cette fable sensible et émouvante qui est aussi un cri de révolte lancé à l'assaut des sociétés totalitaristes. Publié en 1976 à Prague.
  
 

Couverture Au nom de la mère De Luca
© Folio, 7,50 €
AU NOM DE LA MÈRE - Erri De Luca
Traduit de l'italien par Danièle Valin
 
« La grâce, c'est la force surhumaine d'affronter le monde seul, sans effort, de le défier en duel tout entier sans même se décoiffer. C'est un talent de prophète. C'est un don et toi tu l'as reçu. Tu es pleine de grâce. »
 
Erri De Luca s'empare de l'histoire la plus connue de l'humanité, et l'articule autour de la figure de Marie. Ou plutôt de Miriàm, une simple jeune femme juive, fiancée à Iosef quand elle tombe enceinte, et qui sait ce que cette grossesse avant le mariage signifie aux yeux de la Loi. Sous la plume du romancier italien, l'histoire de la Nativité trouve un ancrage nouveau dans le contexte hébraïque, et se fait éloge d'un corps et d'une âme, ceux d'une mère...

 
étoile Zadig

Ailleurs

Sitaudis.fr : Revue off

du9.org : L’autre bandes dessinée

EN VITRINE

"Baltique, à pied d'île en île - Carnet de voyage" de Nicolas Jolivot

"Baltique, à pied d'île en île - Carnet de voyage" de Nicolas Jolivot

De l’Allemagne à la Suède en passant par le Danemark, de la ville historique de Lübeck à Öland, « l’île du soleil et du vent », Nicolas Jolivot chemine au fil de paysages qui, sous une apparence calme, feutrée et égale, abritent toutes les nuances dont la nature a le secret et une incroyable diversité de populations façonnées par des siècles de fréquentation de ces paysages.

À travers son voyage au pas lent, avec pour tout bagage un carnet, un crayon, une tente et Wilson le sac à dos, le carnettiste nous invite à partir à la découverte d’un territoire européen bien mal connu de nous.

Lettre d’infos

Régulièrement, nous vous informons des activités et des nouveautés de la librairie.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel

tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

PHOTOS

« On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans » ?Mazen Kerbaj invite Ute Wassermann +1Inauguration de la nouvelle ZADIG le 21 septembre 2019France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou« Où va Berlin ? » / Partie 2