Notre sélection

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

Ailleurs

Sitaudis.fr : Revue off

Patrick Beurard-Valdoye, Lamenta des murs par Jacques Barbaut 15/04/2024

Isabelle Eberhardt, Où l’amour alterne avec la mort  par Philippe Thireau 15/04/2024

Vers Vermersch, Thomas Dunoyer de Segonzac par Nathalie Quintane 14/04/2024

du9 : L'autre bande dessinée

Léa Murawiec 15/03/2024

Phrénologie 1905 14/03/2024

Très chouette 13/03/2024

Lectures et événements

« Une existence sans précédent » de Claire Fercak


Nous avons le plaisir de vous présenter

 

« Une existence sans précédent »
(Éditions Verticales, 2024)

 

Une lecture-rencontre en présence de Claire Fercak

 

le vendredi 15 mars 2024 à 19h00 à la librairie (sur réservation)

 


Claire Fercak photo 2023 Francesca Mantovani (c) Editions Gallimard

 

« Je suis venue jusqu’ici, j’ai fait le voyage pour ça : être une fois petite fille, voir l’enfance depuis son sein. Je veux être celle qui n’a pas encore découvert les ténèbres du passé ni éprouvé les souffrances du futur, je veux accéder à la vie nue. »

Helena Cervak, longtemps ballottée entre foyers et familles d’accueil, quitte précipitamment la France. Elle traverse l’Italie d’une traite pour rejoindre la Slovénie, son « pays d’origine du nom ». Une cavale solitaire parsemée d’aventures déroutantes. Qu’espère-t-elle trouver en ces terres inconnues ? Des racines improbables ou le refuge d’une « existence sans précédent » ? Conçu comme un road trip ponctué de flash-back, ce roman fantasque et poignant réinvente l’enfance d’une inimitable manière.

 

 

 

Née en 1982, Claire Fercak est l’auteure, aux Éditions Verticales, de trois romans, Rideau de verre (2007 ; J’ai lu, 2010), Histoires naturelles de l’oubli (2015), Ce qui est nommé reste en vie (2020). Elle a écrit des ouvrages pour la jeunesse à L'École des loisirs, une fiction sur un groupe de rock, The Smashing Pumpkins, Tarantula Box Set (Le mot et le reste, 2008) et Chants magnétiques avec son chanteur Billy Corgan (Léo Scheer, coll. « Laureli », 2010), ainsi qu’un texte, Ces morts qu’on n’accompagne pas dans le volume collectif Tracts de crise – Un virus et des hommes (Gallimard, 2020), et un roman aux Éditions Arthaud, Après la foudre (2021). Elle a fait partie des artistes invité·e·s à l'Akademie der Künste, l'Académie des arts de Berlin. Son dernier livre, Une existence sans précédent, est paru aux Éditions Verticales* en janvier 2024.

 

Claire Fercak est à Berlin dans le cadre d'une invitation d’ancien·n·e·s résident·e·s de l'Akademie der Künste de Berlin, à l'invitation de Cécile Wajsbrot, membre permanente.

 

 

(*) Les Éditions Verticales, créées par Bernard Wallet en 1997 (rejoint par Yves Pagès l’année suivante, puis par Jeanne Guyon en 2000) se concentrent essentiellement sur la fiction française, avec des auteurs comme François Bégaudeau, Arno Bertina, Arnaud Cathrine, Chloé Delaume, Régis Jauffret, Maylis de Kerangal, Alban Lefranc, Jean-Charles Massera, Olivia Rosenthal ou Gabrielle Wittkop.

 


Entrées 8 € / 4,50 €
Sur réservation !

 

Soirée rap et philosophie avec Kovo N’Sondé

 
Nous avons le plaisir de vous présenter


Nzambi a Mpúngu & « Spleen 22 »

Une soirée rap et philosophie avec S.R. « Kovo » N’Sondé


Le samedi 24 février 2024 à 19 h à la librairie (sur réservation)

 

 

Présentation du Tome I
Du sens originel de Nzambi a Mpúngu
(PAARI Éditeur, 2023)

 

Les sources les plus anciennes (XVe siècle) attestent du caractère central d’une entité nommée Nzambi a Mpúngu. Il y a peu de certitude sur son sens originel, si ce n’est qu’il signale autant un pouvoir souverain que l’efficience du divin. Aujourd’hui, c’est du nom de Nzambi, souvent à l’exclusion de Mpúngu, que le christianisme kôngo désigne le Dieu de la Bible. Dans les travaux abordant ce thème et dans le parler populaire, Nzambi revêt à la fois les traits d’un aïeul défunt et d’un « Être suprême » aux contours et à l’efficience imprécis. Il évoque parfois un monothéisme primordial.

L’interpénétration entre la religion kôngo ancienne et le christianisme est vieille de plus de cinq siècles. Ce texte analyse les faits religieux, non pas dans une perspective syncrétique, mais en référence à une tectonique des peuples (ou ethos) conçue comme processus d’interactions culturelles.

 

 


Photo Kovo N’Sondé - DR

 

Docteur en philosophie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et diplômé de la formation doctorale « Histoire et civilisations » du Centre d’études africaines de l’EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales), Steve-Régis « Kovo » N’Sondé est chercheur associé depuis 2012 aux activités du C.I.R.E.C.K (Centre International de Recherche-Éducation sur la Civilisation Koongo) basé à Brazzaville. Né dans « le 77 », au sud-est de la banlieue parisienne après l’arrivée de sa famille, très tôt engagé dans la culture hip-hop, il a contribué à des compilations (Tibet libre /Sony-Yelen) et des projets plus personnels, comme une tournée « Afro Punk Show » avec deux de ses frères de 2000 à 2004 entre Berlin, Paris et Londres.

 

La rencontre sera suivie d’une interprétation à la voix et au lamellophone de deux de ses compositions : « Spleen 22 » et « Nzila hasard (Holzwege) » en résonance avec l’artiste Natisa KA (danse, design & performance).

 


Entrées 8 € / 4,50 €
Sur réservation !

 

 

« Une histoire romaine » avec Louis-Philippe Dalembert

 

Nous avons le plaisir de vous présenter
 

« Une histoire romaine »
(Sabine Wespieser éditeur, 2023)
 
de et par Louis-Philippe Dalembert


Le samedi 9 décembre 2023 à 19 h à la librairie (sur réservation)

 

 

Tiraillée entre deux mondes que sépare le Tibre, Laura a bien du mal à s’affranchir des puissantes figures féminines qui ont marqué sa prime jeunesse : rebelle de pacotille dans le bouillonnement politique et culturel des années 1970, elle est insensiblement ramenée à sa double lignée, aristocratique et juive.

Sur la rive droite, dans le quartier huppé de Prati, la contessa veille à tenir son rang et à sauver les apparences, malgré les revers de fortune chez les De Pretis : avare d’effusions, elle fascine sa petite-fille par ses récits de la tradition familiale. Elle n’a pourtant pas hésité à se séparer de l’impressionnante bibliothèque accumulée au fil des siècles, pour continuer de recevoir tout ce que Rome compte d’hôtes d’importance. Et quand sa fille Elena, la future mère de Laura, à qui elle désespérait de trouver un bon parti, lui présente enfin Giuseppe, peu lui importe qu’il soit juif, l’essentiel étant qu’il ne soit pas dans la gêne et que l’union soit bénie par l’Église.

Son mariage conduit Elena à s’éloigner de son envahissante comtesse de mère et à s’installer rive gauche, dans l’immeuble de la Via Giulia où règne zia Rachele : la plantureuse vieille dame, dont les poches débordent de dragées qu’elle distribue avec générosité, initie Elena, et plus tard Laura, à l’histoire de sa famille non pratiquante qui s’enorgueillit de lointaines racines romaines. Les lois raciales et la guerre l’ont durablement marquée, elle qui, avec sa fratrie, a été miraculeusement sauvée de la déportation grâce à un réseau de résistants.

Maître dans l’art de tresser ces fortes destinées, Louis-Philippe Dalembert emporte le lecteur par l’intelligence, la finesse et l’humour avec lesquels il évoque ce double héritage. Le personnage principal de son allègre roman n’en reste pas moins la ville de Rome, dont l’écrivain dessine un éblouissant portrait – nourri par sa connaissance intime de l’histoire, des charmes et des secrets de la Ville Éternelle.

 

 


Photo : Sophie Bassouls


Louis-Philippe Dalembert est né à Port-au-Prince et vit à Paris. Il a publié depuis 1993 chez divers éditeurs, en France et en Haïti, des nouvelles, de la poésie, des essais et des romans. Depuis 2017, ses romans paraissent chez Sabine Wespieser éditeur : Avant que les ombres s’effacent a remporté le prix Orange du Livre et le prix France Bleu/Page des libraires ; Mur Méditerranée (2019) a été lauréat du prix de la Langue française, du prix Goncourt de la Suisse et de la Pologne et finaliste du prix Goncourt des lycéens ; Milwaukee Blues a été finaliste du prix Goncourt, choix Goncourt de la Suisse et de l’Espagne et lauréat du prix Patrimoine de la BPE ainsi que du prix des Lecteurs des Écrivains du Sud. Pensionnaire de la Villa Médicis (1994-1995), écrivain en résidence à Jérusalem et à Berlin, professeur invité dans des universités étasuniennes et suisses, l’auteur a également vécu et travaillé à Rome pendant une dizaine d’années.

Entrée 6 € / Prix réduit 4 €
(Sur réservation)

« RIONS NOIR » avec Alex Jordan & Didier Daeninckx

 

Nous avons le plaisir de vous présenter

RIONS NOIR
(éditions Créaphis, 2022)

 

Une lecture-vidéoconférence

en présence d’Alex Jordan (Berlin) & Didier Daeninckx (Paris)

 

Le samedi 18 novembre 2023 à 19 h à la librairie (sur inscription)

 

 

 

L’expression-titre Rions noir fonctionne à rebours et dans le bon sens, comme notre époque. « Ça grince » dans les rouages de cette petite machine graphique et littéraire de deux auteurs complices, et en même temps tout tourne avec une force tranquille. Le livre réunit « sous vide » seize textes inédits de Didier Daeninckx auxquels répondent de manière subtile les quatre-vingt-dix dessins en grande partie inédits d’Alex Jordan.

 

Les textes sont des petits tableaux de scènes de la vie quotidienne en divers endroits à la ville et à la campagne, des récits à caractère documentaire, des fenêtres sur l’histoire contemporaine des sociétés. Les dessins ne sont pas au contact direct des textes mais ils conservent leur valeur d’équivalence (dessins d’humour piquants) et leur unité de style (l’encre de Chine). Le livre est dominé par une triple dimension artistique, littéraire et politique. Il est tantôt cri tantôt murmure, il se caractérise par une forme qui est aussi un engagement graphique et une conception éditoriale qui rend hommage aux deux auteurs.

 

 


Portrait Didier Daeninckx © Triptyk-Théâtre


Didier Daeninckx, écrivain né en 1949 à Saint-Denis. Il a exercé pendant une quinzaine d'années les métiers d'ouvrier imprimeur, animateur culturel et journaliste localier. En 1984, il publie Meurtres pour mémoire dans la « Série noire » de Gallimard. Il a depuis fait paraître une centaine de titres (romans policiers, nouvelles et essais) et revendique des intrigues à l'humour noir et engagé, ancrées dans la réalité sociale et politique de son temps et d'autres temps plus anciens parfois oubliés, des destins tragiques et ironiques. Certains de ses scénarios servent à l'art cinématographique, d'autres sont mis en scène pour le théâtre (Cannibale, mise en scène de Sylvie Malissard, Besançon, 2004) ou adaptés pour la radio (France Culture). En 1994, la Société des gens de lettres lui a décerné le prix Paul-Féval de littérature populaire pour l'ensemble de son œuvre et, en 2012, l’Académie Goncourt le prix de la Nouvelle. Parmi ses dernières publications figurent : Artana ! Artana !, Gallimard, 2018 ; Le roman noir de l'Histoire, préface de Patrick Boucheron, Verdier, 2019 ; ou encore Municipales. Banlieue naufragée, collection « Tracts », Gallimard, 2020.

 

 

 


Photo Alex Jordan

 

Alex(ander) Jordan, plasticien-graphiste et photographe allemand né en 1947 à Sarrebruck en Allemagne. Il est diplômé de l'Académie des beaux-arts de Düsseldorf et Meisterschüler de Joseph Beuys. En 1976, il quitte l'Allemagne et rejoint le groupe de graphistes Grapus. Avec ses collègues, il reçoit en 1991 le Grand prix national des arts graphiques. Après l'éclatement de Grapus, Alex Jordan fonde l'atelier « Nous Travaillons Ensemble » avec Ronit Meirovitz et Anette Lenz. Alex Jordan est aussi un des fondateurs du collectif de photographes « Le bar Floréal » en 1985, avec Noak Carrau et André Lejarre. Son atelier participe depuis sa création à l'aventure pluridisciplinaire de l'association La Forge. Depuis 1990 il est membre de l'Alliance graphique internationale. Alex Jordan a été titulaire d'une chaire de communication visuelle à l'École des beaux-arts de Berlin-Weissensee de 1993 à 2014. Il a publié chez Créaphis : Berlin, avec Stephan Weitzel, Klaus Staeck et Olivier Gaudin, 2013 ; Imagerie, 2014, un livre portrait de ses aventures collectives.

 

 

Entrée 6 € / Prix réduit 4 €

(Sur réservation)

 

Page 1/42
1

EN VITRINE

Le chat du Rabbin

Le chat du Rabbin

La série de BD culte de Joann Sfar publiée chez Dargaud en 12 volumes a été adaptée par lui-même à l’écran, rappellant à notre bon souvenir les bienfaits du multiculturalisme. Une fable philosophique à la Voltaire évoquant « des chats et des dieux » pour qui le problème n'est pas la religion, mais la façon dont on la vit. Le sépharade chat-philosophe, qui un jour dévora un perroquet et se mit à parler, nous apprend à lui seul sagesse et malice du Maghreb.

Lettre d’infos

Régulièrement, nous vous informons des activités et des nouveautés de la librairie.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel

tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

PHOTOS

« Inventaire de choses perdues » : une lecture de Judith Schalansky pour les 20 ans de ZADIG le 15/09/2023« On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans » ?Mazen Kerbaj invite Ute Wassermann +1Inauguration de la nouvelle ZADIG le 21 septembre 2019France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou