IDÉES CADEAUX

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

Lectures et événements

« On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans » ?

 

Le samedi 19 septembre 2020 de 16 h à 19 h, la librairie ZADIG fête ses 17 ans côté jardin !

 


Autoportrait à la manivelle de Philippe Gross, 2019

 

 


[...] On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !

— On va sous les tilleuls verts de la promenade.
[...]


Arthur Rimbaud, extrait du poème Roman, écrit le 29.09.1870

 

 

 

 

Au programme, en plus de quelques tours de manivelle par maître Philippe Gross sur son orgue de Barbarie :

un podium de lecture ouvert aux volontaires de 16 à 19 ans,

une sélection de promotions spéciales sur les livres de poche en essais et en poésie,

& quelques bocks de vin et limonade...

 

 

Entrée libre !

 

 

 



En partenariat avec Château Calissanne

17 ans ZADIG Buchhandlung - 1
17 ans ZADIG Buchhandlung - 2
17 ans ZADIG Buchhandlung - 3
17 ans ZADIG Buchhandlung - 4
17 ans ZADIG Buchhandlung - 5
17 ans ZADIG Buchhandlung - 6
17 ans ZADIG Buchhandlung - 7
17 ans ZADIG Buchhandlung - 8
17 ans ZADIG Buchhandlung - 9
17 ans ZADIG Buchhandlung - 10
17 ans ZADIG Buchhandlung - 11
17 ans ZADIG Buchhandlung - 12

Mazen Kerbaj invite Ute Wassermann +1


Nous avons le plaisir de vous présenter
en collaboration avec
art.ifa

 

Une performance musicale « côté jardin »

 

Le samedi 25 juillet 2020 à 19 h à la librairie (sur réservation)

 


Bateau autoroute, Mazen Kerbaj, encre et solvants sur photo (2020)

 

Mazen Kerbaj a vu son œuvre, tant graphique que musicale, mise à l’honneur depuis le début de l’année 2020 à Berlin dans le cadre de l’exposition « In the Presence / Absence of Mazen Kerbaj » de l’ifa-Galerie Berlin (Institut für Auslandsbeziehungen). Cette manifestation s’accompagne d’une série de concerts dont l’une des dates a été programmée côté jardin de notre terrasse des Sophie-Gips-Höfe, rappelant le bon souvenir de notre réinauguration en septembre 2019. 

 

Le principe de cette série est que Kerbaj invite un·e ami·e proche de son environnement musical et lui demande de convier un·e autre musicien·ne à son tour. Le nom de cette troisième personne n’est annoncé à l’artiste et au public qu’au moment du concert au cours duquel les trois musicien·ne·s se produisent ensemble pour la première fois.

 



Photo © PE Weck - performance pour la réinauguration de ZADIG, 09/2019

 


 

Ute Wassermann, seconde artiste invitée, est connue pour son langage sonore polyphonique et extrême. Diplômée des beaux-arts (installations sonores et performances) de la Hochschule für Bildende Künste Hamburg, elle a également étudié l’art, la musique et le chant à l’université de Californie de San Diego. Avec sa voix, elle crée des espaces sonores instrumentaux, électroniques ou naturels qu’elle combine à d’autres sons, ainsi qu’à de la lumière. En tant qu’improvisatrice, elle collabore régulièrement avec des musicien·ne·s de la scène internationale, et comme chanteuse soliste dans le domaine des musiques nouvelles et expérimentales, elle se produit dans des musées, salles d’art ou clubs.

 

 

https://kerbajdiaries.com/

 

 

 

Entrée libre (sur réservation)

 

 

En coopération avec l'ifa-Galerie Berlin
 

 

 

 

ZADIG 25/06/20, © photographies Cristina Marx/ Photomusix

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18

« Papiers » de Violaine Schwartz

« Papiers » de Violaine Schwartz


Nous avons le plaisir de vous présenter

« Papiers »
(éditions P.O.L, 2019)

une lecture-présentation de Violaine Schwartz
le samedi 8 février 2020 à 19 h à la librairie

(Sur réservation)

 

 

Pour écrire Papiers, Violaine Schwartz a recueilli la parole de plusieurs demandeurs d’asile, à l’origine pour une commande du Centre dramatique national de Besançon. Elle a rencontré des hommes et des femmes, jeunes et moins jeunes, tous réunis par le même destin : l’obligation de fuir, de quitter le pays natal, Afghanistan, Mauritanie, Kosovo, Éthiopie, Arménie, Azerbaïdjan ou Irak. Elle avait un dictaphone. Parfois un interprète à ses côtés. On lui a confié des photocopies de récits de vie, des articles de journaux, des photocopies de minutes d’entretien de l’OFPRA, des lettres administratives, des décisions de rejets, des circulaires du ministère de l’Intérieur... Elle a rencontré une avocate, assisté à des audiences à la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) et au Tribunal administratif de Besançon. Elle s’est fixé une contrainte : écrire à partir des mots entendus, et seulement à partir des mots entendus.

Toutes ces voix forment une fresque, une litanie, comme une variation sur les mêmes thèmes : l’absurdité de la bureaucratie, l’arbitraire de notre justice, les affres de l’attente, le hasard des chemins parcourus, la douleur de tout abandonner derrière soi, le courage de partir, les souvenirs à vif, la culpabilité de survivre, la peur encore, l’espoir aussi, la vie qui s’invente malgré tout, pas à pas, sur la route de l’exil, dans la frange de notre société. Des épopées modernes. Des récits de vies héroïques qu’elle a orchestrés sur la page.


étoile ZADIG


Portrait Violaine Schwartz
Violaine Schwartz - photographie Michèle Constantini

 

Formée à l’école du Théâtre national de Strasbourg, Violaine Schwartz fait du théâtre depuis 1990. Elle a notamment travaillé sous la direction de Georges Aperghis, Alain Ollivier, Jacques Lassalle, Ludovic Lagarde, Gilberte Tsaï, Charles Tordjman, Frédéric Fisbach, Jean-Philippe Vidal, Ingrid von Wantoch Rekowsky, Jean Lacornerie, Jean Boilot, Dominique Pifarély, Etienne Pommeret, et ces dernières années avec Célie Pauthe, Pierre Baux, Irène Bonnaud, Guillaume Delaveau et Côme de Bellescize.

Elle a créé un tour de chant autour du répertoire réaliste, en duo avec la contrebassiste Hélène Labarrière et enregistré un disque avec le label Innacor : J’ai le cafard. Elle a écrit, avec la chorégraphe Cécile Loyer, le spectacle L’hippocampe mais l’hipoccampe, pour le festival Concordan(s)e 2014 et le spectacle 4X100 mètres, créé à Dieppe en mars 2019 et repris en tournée en 2019-2020.

Elle participe depuis juin 2010 à l’émission de France Culture Des Papous dans la tête. En qualité d’auteure, elle a écrit trois pièces radiophoniques, deux romans publiés aux éditions P.O.L, La Tête en arrière (2010) et Le Vent dans la bouche (2013, prix Eugène Dabit du roman populiste) et trois pièces de théâtre : IO 467 (Les Solitaires Intempestifs, 2013), Comment on freine ? (P.O.L, 2015) et J’empêche, peur du chat, que mon moineau ne sorte (P.O.L, 2017).

Par ailleurs, elle a mené pendant trois ans une résidence sur une plateforme numérique avec la métropole de Lyon et les Assises internationales du roman, avec dix classes de collèges : laclasse.com. Elle anime régulièrement des ateliers d’écriture ou de lecture à voix haute (résidence en 2011-2012 à la bibliothèque Elsa Triolet de Bobigny auprès d’un groupe d’amateurs, résidence Île-de-France en 2016-2017 au Lycée Jean Monnet de Juvisy-sur-Orge, Zique à l’école dans des collèges en Essonne, à la Maison de la poésie).

 

 

Entrée : 4 €/tarif réduit 3 €
(Sur réservation)




Avec le soutien de l'Institut français Deutschland

Logo IF Deutschland

« Lisez-vous le belge ? » : soirée Nathalie Skowronek / Stéphane Lambert

« Lisez-vous le belge ? » : soirée Nathalie Skowronek / Stéphane Lambert

Nous avons le plaisir de vous présenter

en collaboration avec la Délégation de la Communauté germanophone, de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Wallonie à Berlin

« Lisez-vous le belge ? »

une lecture en miroir de Nathalie Skowronek et Stéphane Lambert


le samedi 7 décembre 2019 à 19 h à la librairie
(sur réservation)


autour de leurs deux livres parus aux éditions Arléa

Visions de Goya, l'éclat dans le désastre
de Stéphane Lambert
(2019 - Prix André Malraux 2019)

&

Max, en apparence
de Nathalie Skowronek
(2013)


Couverture livre Stéphane Lambert


Deux siècles après leur composition (1819-1823), dans un monde confronté à de nouveaux enjeux de taille, Stéphane Lambert se penche sur l’extraordinaire cycle des peintures noires de Goya pour sonder leur inépuisable actualité. Par cette plongée dans l’imaginaire de ses hantises les plus entêtantes, le peintre espagnol avait transfiguré tous les genres picturaux de l’époque et bouleversé durablement la vision de notre humanité.

Goya (1746-1828) a tout traversé, les humiliations et les honneurs, les assauts de la maladie, la guerre et les remous de l’Histoire, avec le fabuleux don de transformer les ravages en occasions de révolutionner son art. Revenant sur le riche et long parcours d’un artiste de génie, le livre prend la forme d’un voyage à travers une œuvre professant la vitalité inébranlable de la création face à la menace du chaos.

Prix André Malraux 2019


 

Couverture livre N. Skowronek

 

En apparence, Max avait laissé Auschwitz derrière lui.

Une histoire ancienne qui avait fini par s’effacer, comme dans mon souvenir le numéro tatoué sur son bras qu’enfant je connaissais par cœur, et que j’avais pourtant fini par oublier.

Mon grand-père Max était à présent un homme d’affaires qui, associé à Pavel, son vieil ami des camps, trafiquait par-dessus le Mur de Berlin pour alimenter la nomenklatura d’Allemagne de l’Est en produits de luxe et marchés divers. Tout aurait été pour le mieux, Max vivant au milieu de sa cour, si ce départ pour Berlin (qui avait été il n’y a pas si longtemps le cœur de la machine de mort) ne s’était fait au prix de l’abandon de son épouse et de sa petite fille, restées à Liège.

En apparence seulement.

Car Max chaque matin faisait le tour du zoo de Berlin, avec dans ses poches ses pilules, et un petit sac de diamants...

 

 étoile Zadig

 

Photo Nathalie Skowronek
Nathalie Skowronek © C. Helie-Gallimard

 

Nathalie Skowronek est née à Bruxelles en 1973. Après des études de lettres, elle travaille dans l’édition puis pendant sept ans dans le prêt-à-porter pour femmes. Elle revient à la littérature en 2004 en créant la collection La Plume et le Pinceau pour les éditions Complexe. Elle publie son premier roman à trente-sept ans. Depuis 2016, elle enseigne à l’Atelier des écritures contemporaines de La Cambre/École nationale supérieure des arts visuels. Elle anime également l’atelier d'écriture du club Antonin Artaud, un centre de jour pour adultes souffrant de difficultés psychologiques. Nathalie Skowronek est l’auteure de Karen et moi (Arléa, 2011), Max, en apparence (Arléa, 2013), La Shoah de Monsieur Durand (Gallimard, 2015) et Un monde sur mesure (Grasset, 2017). Son prochain roman, La Carte des regrets, paraîtra en février 2020 aux éditions Grasset.  

 

Photo Stéphane Lambert
Photo Stéphane Lambert © Anne Bourguignon

 

Romancier, poète et essayiste, Stéphane Lambert est né à Bruxelles en 1974. Son travail littéraire est marqué par une volonté de dépasser la classification des genres et des formes, préoccupation qui l’a fait se rapprocher des arts plastiques. Il a consacré différents livres à des créateurs (Monet, Rothko, Staël, Melville…). Il présentera ses livres Visions de Goya, l’éclat dans le désastre (Arléa, 2019 - prix André Malraux) et Avant Godot (Arléa, 2016 – prix Roland de Jouvenel de l’Académie française) dans lequel il creuse le lien entre Beckett et Caspar David Friedrich.

 

Entrée : 4 €/tarif réduit 3 €
(Sur réservation)

 


Logo WBI

 

Logo Ostbelgien

Page 1/38
1

EN VITRINE

"Être ici est une splendeur" de Marie Darrieussecq

"Être ici est une splendeur" de Marie Darrieussecq

« Paula est peintre et elle voit que le modèle (la modèle) s’est endormie allongée le bébé face à elle. Elle fait plusieurs dessins au crayon, et peint deux toiles. [...] Dans les dessins, la mère et l’enfant se câlinent du bout du nez ; dans les toiles ils sont alanguis et symétriques, tous deux en position fœtale, la grande femme et le petit enfant. Ni mièvrerie, ni sainteté, ni érotisme : une autre volupté. Immense. Une autre force. » (Marie Darrieussecq, extrait de Vie de Paula M Becker, mars 2016).

Lettre d’infos

Régulièrement, nous vous informons des activités et des nouveautés de la librairie.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel

tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

ALBUMS PHOTO

« On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans » ?Mazen Kerbaj invite Ute Wassermann +1Inauguration de la nouvelle ZADIG le 21 septembre 2019France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou« Où va Berlin ? » / Partie 2« Où va Berlin ? » / Partie 1Le Livre des NuagesOù sont passées les filles ?Brassens libertaire« Retour à l’envoyeur »Alain FreudigerAfter VIVE LA BOURGEOISIE! le 15 juillet 2006Une lecture de « Brassens. Le regard de Gibraltar » de et par Jacques Vassal le vendredi 15 septembre 2006Jean-Charles Massera