IDÉES CADEAUX

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

Lectures et événements

La Vie ne sera plus pareille

La Vie ne sera plus pareille

Une lecture de "La Vie ne sera plus pareille" (Les Perséides, 2004)
de et par Nathalie Burel

Le mardi 15 février 2005 à 19h30
Participation 2,50 €, étudiants 1,50 €

Pourquoi un veuf savoure-t-il sa liberté enfin retrouvée ? Comment un homme épouse-t-il la sœur de celui qu’il aime ? Pourquoi ne peut-on vraiment choisir sa mort quand on est jeune et catholique ? 11 nouvelles courtes qui développent un jeu avec le lecteur. 11 narrateurs confrontés à l’obligation de poser un choix, d’assumer la responsabilité de leurs actes. L’habitude amusée de la lâcheté, de l’inertie leur confère une certaine ironie face aux errances de la volonté. La moquerie, l’humour sont souvent présents chez chacun de ces personnages surpris par l’obligation de se questionner et de décider, d’affronter la culpabilité ou le jugement. Face parfois à l’impossibilité de comprendre et d’agir, il ne reste que la lucidité ou la méchanceté.

Nathalie Burel est née à Rennes en 1976, ville où elle enseigne l’histoire et le français. La Vie ne sera plus pareille est son premier recueil de nouvelles. Elle est la première invitée du Jardin du livre Zadig.

woistdergarten? - Autour de Zadig, la constellation s’agrandit, et cet été, c’est du jardin que l’on regardera les étoiles…

Historiettes de petites et grosses bêtes

Une lecture interactive de :
Qui vit ici ? d’ Alain Crozon
Gruffalo de Julia Donaldson et Alex Scheffler
Les Contraires de Pittau et Gervais

Pour les enfants de 3 à 6 ans
Le samedi 4 décembre 2004 à 16h30

Sur inscription

Enfant 1,50 €, adulte 2,50 €

Avec un goûter !

Un Rêve

Un Rêve
Spectacle visuel pour une marionnette,
un bac à sable et un microphone
de et par Renaud Herbin
d'après une nouvelle de Franz Kafka


" Joseph K. rêvait : C'était une belle journée, et K. voulut aller se promener.
Mais à peine eut-il fait deux pas qu'il était déjà au cimetière. "


Un homme rêve et fait un cauchemar assez effrayant. Grâce à une délicate manipulation et quelques ingénieuses trouvailles techniques, Renaud Herbin nous fait vivre les angoisses, les affres et les espoirs d'un homme.

Un spectacle dans un castelet, comme un petit théâtre fait de brics et de brocs, comme une fenêtre faiblement allumée sur notre monde intérieur.

Un monde impressionnant et poétique, émouvant et tendre.

Le samedi 11 septembre 2004 à 18h45
Tout public à partir de 8 ans
Participation 3 euros
Etudiants 2 euros

Vies minuscules de Pierre MICHON au LCB Berlin le 23/06/04

Né en 1945, Pierre Michon a étudié les lettres modernes à Clermont-Ferrand. Il publie à 37 ans son premier livre, Vies minuscules, pour lequel il obtient le Prix France Culture en 1984. Pierre Michon est aujourd'hui reconnu comme l'un des auteurs français contemporains les plus marquants. Ses ouvrages sont traduits dans de nombreux pays, par exemple en Allemagne, en Italie, en Roumanie, aux Etats-Unis et au Mexique.

"Je lis des romans, beaucoup. Mais c'est une chose dont on peut décomposer les ficelles, dont on voit les tenants et les aboutissants à moins qu'on ne soit un de ces grands noms du roman comme Faulkner. Dans ce siècle, il y a aussi Proust, à moindre titre. Ce sont des gens qui tiennent en trois cents pages ce que je suis capable de faire en cinquante pages. Pour le reste, ce sont des fabriques, des fabriques agréables car il faut bien lire et s'endormir - on a le choix entre un Lexomil et un bouquin mais on voit bien que tout cela a été fabriqué pour que les bons badauds du journalisme disent que ce roman a été impeccablement composé avec un début, une chute, etc., éléments qui sont rebattus depuis toujours. Dès Cervantes, la structure du roman est rebattue. Maintenant, il n'y a rien de plus facile à faire mais il y a plein de gens qui se réclament de cette structure molle en disant : "Le roman, on peut tout y mettre, sans forcer." Pour pousser plus avant dans cette entreprise de démolition..."

Citation de Pierre Michon extraite de la "Revue parlée", entretien avec Marianne Alphant (28 mars 1996, Centre Georges Pompidou, Paris).


Débat-lecture à 20h00 au Literarisches Colloquium Berlin, avec l'auteur Anne Weber et animé par Sibylle Cramer.

Page 33/33
33

EN VITRINE

"Petit Vampire Tome 1 : Le serment des pirates" de Joann Sfar

"Petit Vampire Tome 1 : Le serment des pirates" de Joann Sfar

Avoir 10 ans, c'est absolument génial mais au bout de 300 ans, on commence à s'ennuyer. Petit Vampire, qui vit dans une grande villa du Cap d'Antibes entouré d'une joyeuse bande de monstres et de mort-vivants, s'ennuie ferme, lui qui n'a absolument pas le droit de sortir cette maison protégée. Et d'ailleurs, protégée de quoi ? Quels sont les secrets de sa maman, la belle Pandora ? Puisqu'on ne lui dit rien, il part explorer la ville, et se chercher un copain, un vrai. Mais d'obscures forces se réveillent, et si les vampires pouvaient malgré tout être mort-morts ? Petit Vampire a-t-il mis toute sa famille en danger ?

Lettre d'infos

Régulièrement, la lettre d'informations dresse un panorama des activités de la librairie et des nouveautés.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel
Linienstrasse 141
10115 Berlin-Mitte

Près de l'Oranienburger Str.
tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

ALBUMS PHOTO

Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou« Où va Berlin ? » / Partie 2« Où va Berlin ? » / Partie 1Le Livre des NuagesOù sont passées les filles ?Brassens libertaire« Retour à l’envoyeur »Alain FreudigerAfter VIVE LA BOURGEOISIE! le 15 juillet 2006Une lecture de « Brassens. Le regard de Gibraltar » de et par Jacques Vassal le vendredi 15 septembre 2006Jean-Charles Massera