IDÉES CADEAUX

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

Lectures et événements

« Demi-tour » d'Hélène Lenoir

« Demi-tour » d'Hélène Lenoir


Nous avons le plaisir de vous présenter

 « Demi-tour »
(éditions Grasset, 2017)

une lecture-présentation d'Hélène Lenoir

le samedi 26 mai à 19 h à la librairie (sur réservation)

 

Une femme qu’il faut juste accueillir dans un appartement loué pour un mois, un petit groupe de réfugiés croisé sur une route de campagne près de la frontière, un vieil homme et sa jeune visiteuse riant doucement un soir d’été sur un balcon voisin, un couple de clients pas comme les autres… ils ne font que passer. Leur charme souvent inquiétant attire, blesse, séduit et déjà ils repartent, emportant leur mystère. La plupart sans se retourner. Mais ceux qui restent sentent tôt ou tard que leur bouleversante apparition les a fait pivoter sur eux-mêmes, les orientant vers un cap jusqu’alors insoupçonné ou tout simplement ignoré.

Troisième recueil de nouvelles de l'écrivain, Demi-tour est constitué de sept nouvelles dans lequel elle rompt avec le thème de la famille, son terrain d'exploration favori. Chacune de ces nouvelles décrit un moment important qui, sur un laps de temps très court, va amener le personnage à reconsidérer sa vie...

 

étoile ZADIG

 


Portrait Hélène Lenoir
Portrait Hélène Lenoir ® JFPAGA

 

Hélène Lenoir est née en 1955 à Neuilly-sur-Seine et installée en Allemagne depuis 1980. Elle vit actuellement près de Francfort-sur-le-Main où elle poursuit ses activités d'écrivain et enseigne désormais l'allemand langue étrangère. De 1994 à 2013 elle a fait paraître huit romans et deux recueils de nouvelles aux éditions de Minuit. En 2015 elle publie un nouveau roman au titre sobre, Tilleul, aux éditions Grasset, puis en 2017 le nouveau recueil de nouvelles Demi-tour, renouant avec la veine de ses débuts, dans la collection littéraire de Martine Saada.

 

Entrée : 4 €/tarif réduit 3 €

(Sur réservation)



EN VITRINE

Bien mal acquis ?

Bien mal acquis ?

Dans la ville allemande de Mannheim, d'où est originaire son père, Géraldine Schwarz découvre que son grand-père Karl Schwarz a acheté à bas prix en 1938 une entreprise à des juifs, les Löbmann, qui périrent à Auschwitz. Après la guerre, confronté à un héritier qui réclame réparation, Karl Schwarz plonge dans le déni de ses responsabilités de Mitläufer, ceux qui comme la majorité du peuple allemand ont « marché avec le courant ». C'est le point de départ d'une enquête passionnante au fil de trois générations sur les traces du travail de mémoire qui permit aux Allemands de passer d'une dictature à une démocratie. La rencontre de son père avec sa mère, fille d'un gendarme sous Vichy, est l'occasion pour l'auteure d'aborder les failles mémorielles en France dans lesquelles s'est engouffrée l'extrême droite. En élargissant son enquête à d'autres pays, Géraldine Schwarz montre que cette amnésie menace le consensus moral en Europe. (Les Amnésiques, Flammarion 09/2017)

Lettre d'infos

Régulièrement, la lettre d'informations dresse un panorama des activités de la librairie et des nouveautés.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel
Linienstrasse 141
10115 Berlin-Mitte

Près de l'Oranienburger Str.
tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

ALBUMS PHOTO

Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou« Où va Berlin ? » / Partie 2« Où va Berlin ? » / Partie 1Le Livre des NuagesOù sont passées les filles ?Brassens libertaire« Retour à l’envoyeur »Alain FreudigerAfter VIVE LA BOURGEOISIE! le 15 juillet 2006Une lecture de « Brassens. Le regard de Gibraltar » de et par Jacques Vassal le vendredi 15 septembre 2006Jean-Charles Massera