IDÉES CADEAUX

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

Lectures et événements

« Un océan, deux mers, trois continents » de Wilfried N'Sondé

« Un océan, deux mers, trois continents » de Wilfried N'Sondé

Nous avons le plaisir de vous présenter

« Un océan, deux mers, trois continents »

(Éditions Actes Sud, 2018)


de et par Wilfried N'Sondé

Une lecture-présentation le samedi 3 février 2018 à 19 h à la librairie

(sur réservation)

 

Il s’appelle Nsaku Ne Vunda, il est né vers 1583 sur les rives du fleuve Kongo. Orphelin élevé dans le respect des ancêtres et des traditions, éduqué par les missionnaires, baptisé Dom Antonio Manuel le jour de son ordination, le voici, au tout début du XVIIe siècle, chargé par le roi des Bakongos de devenir son ambassadeur auprès du pape. En faisant ses adieux à son Kongo natal, le jeune prêtre ignore que le long voyage censé le mener à Rome va passer par le Nouveau Monde, et que le bateau nommé Vent Paraclet, sur lequel il s’apprête à embarquer, est chargé d’esclaves…

Roman d’aventures et récit de formation, Un océan, deux mers, trois continents plonge ce personnage méconnu de l’Histoire, véritable Candide africain armé d’une inépuisable compassion, dans une série de péripéties qui vont mettre à mal sa foi en Dieu et en l’homme.

Tout d’ardeur poétique et de sincérité généreuse, Wilfried N’Sondé signe un ébouriffant plaidoyer pour la tolérance qui exalte les nécessaires vertus de l’égalité, de la fraternité et de l’espérance.


étoile ZADIG


Photo Wilfried N'Sondé
Wilfried N'Sondé © Legattaz

 

Né en 1968 à Brazzaville, Wilfried N’Sondé a grandi en Île-de-France et étudié les sciences politiques avant de partir à Berlin, où il est resté vingt-cinq ans. Il vit désormais à Paris. Musicien et écrivain, il a aussi enseigné la littérature à l’université de Berne (Suisse). Il publie ses romans chez Actes Sud : Le Coeur des enfants léopards (2007, prix des Cinq continents de la francophonie et prix Senghor de la création littéraire), Le Silence des esprits (2010), Fleur de béton (2012) et Berlinoise (2015).

 

Entrée : 4 €/tarif réduit 3 €

(Sur réservation)



EN VITRINE

"L'ogre amoureux" de Nicolas Dumontheuil

"L'ogre amoureux" de Nicolas Dumontheuil

Par un beau matin, un renard et un ours arrivent dans une contrée inconnue qui semble accueillante. Le renard, parti à la recherche de poulaillers, est pris au piège et conduit au château du seigneur de la région, le terrifiant comte de Barback, un fameux ogre de légende. L’ogre lui propose un marché : il ne le mangera pas s’il lui trouve une femme. C’est décidé, ils partiront dès l’aube à la recherche de sa future épouse. Un long voyage commence alors. Dans la veine absurde et transgressive qui lui est chère, Nicolas Dumontheuil rend hommage aux maîtres du récit qui l'ont inspiré, que ce soit par la figure du Gargamel de Peyo ou celle des Compères de la série Sylvain et Sylvette de Jean-Louis Pesch, ces derniers inspirés du légendaire Roman de Renart. (09/2018)

 

Lettre d'infos

Régulièrement, la lettre d'informations dresse un panorama des activités de la librairie et des nouveautés.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel
Linienstrasse 141
10115 Berlin-Mitte

Près de l'Oranienburger Str.
tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

ALBUMS PHOTO

Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou« Où va Berlin ? » / Partie 2« Où va Berlin ? » / Partie 1Le Livre des NuagesOù sont passées les filles ?Brassens libertaire« Retour à l’envoyeur »Alain FreudigerAfter VIVE LA BOURGEOISIE! le 15 juillet 2006Une lecture de « Brassens. Le regard de Gibraltar » de et par Jacques Vassal le vendredi 15 septembre 2006Jean-Charles Massera